Obrador de revirada

OBRADOR DE REVIRADA (III)

aprestat e animat per Sèrgi Carles e Claudi Sicre

+ Obrador provençal de Roland PECOUT : Oralitat e escritura literària e jornalistica

Luòc : Escòla Publica de La Guépia — Avenguda de la Gara

Inscripcions a l’Universitat occitana d’estiu de la Guépia 2014 : http://lengaviva.com/?page_id=26

informacion de participacion a l’obrador de revirada a [serge.carles@wanadoo.fr]

Revirada de l’article de Jean Jaurès a mandar a S. Carles pel 5 de julhet 2014

o a portar a l’obrador sus clau USB o sus papièr.

Diluns 7 de julhet

9h-12h

Dimars 8 de julhet

9h-12h

Dimècres 9 de julhet

9h-12h

Dijòus 10 de julhet

9h-12h

Divendres 11 de julhet

9h-12h

Revirada

de l’article

de Jean Jaurès :

La Dépêche,

15 d’agost de 1911

(seguida)

+ Cançon :

(C. Sicre)

Demain, demain

Obrador provençal

de Roland PECOUT (1) :

Oralitat e escritura literària e jornalistica

Obrador provençal

de Roland PÉCOUT :

(seguida

Obrador de revirada :

Créisser nòstras competéncias en occitan amb la literatura e los locutors nadius (collectatge)

14h30-17h

Obrador de revirada

Escambi sus Sounder :

sostitolatge e edicion-difusion (1h)

Cançon, seguida (2h)

14h30-17h

Obrador de revirada

(seguida)

Prepausam als participants de l’obrador de revirada de venir a l’Obrador provençal de Roland Pécout per aprofechar sa reflexion sus las questions de l’oralitat e de l’escritura literària e jornalistica que son tanben matèria e ressorsas de la revirada.

P. 2 :1. Revirar l’extrach de l’article de Jean Jaurès : L’Éducation Populaire et les « patois », La Dépêche » – 15 août 1911 (Article complèt p. 5)

P. 3-4 :2. Adaptacion de la cançon Demain, Demain, C. SICRE/C.SICRE :

Les questionsTexte original et essai d’adaptation.

I. Revirar l’extrach de l’article de Jean Jaurès :

L’Éducation Populaire et les « patois », La Dépêche » – 15 août 1911

[…] Quelle joie et quelle force pour notre France du Midi si, par une connaissance plus rationnelle et plus réfléchie de sa propre langue et par quelques comparaisons très simples avec le français d’une part, avec l’espagnol et le portugais d’autre part, elle sentait jusque dans son organisme la solidarité profonde de sa vie avec toute la civilisation latine. Dans les quelques jours que j’ai passés à Lisbonne, il m’a semblé plus d’une fois, à entendre dansles rues les vifs propos, les joyeux appels du peuple, à lire les enseignes des boutiques, que je me promenais dans Toulouse, mais dans une Toulouse qui serait restée une capitale, qui n’aurait pas subi, dans sa langue une déchéance historique et qui aurait gardé, sur le fronton de ses édifices, comme à la devanture de ses plus modestes boutiques, aux plus glorieuses comme aux plus humbles enseignes, ses mots d’autrefois, populaires et royaux. De se sentir en communication avec la beauté classique par les œuvres de ses poètes, de se sentir en communication par sa substance même avec les plus nobles langages des peuples latins, le langage de la France méridionale recevra un renouveau de fierté et de vie. Notre languedocien et notre provençal ne sont guère plus que des baies désertées, où ne passe plus le grand commerce du monde ; mais elles ouvrent sur la grande mer des langages et des races latines, sur cette « seigneurie bleue » dont parle le grand poète du Portugal. Il faut apprendre aux enfants la facilité des passages et leur montrer par delà la barre un peu ensablée, toute l’ouverture de l’horizon. C’est de Lisbonne que j’ai écrit ces lignes, au moment de partir pour un assez lointain voyage, où je retrouverai d’ailleurs, de l’autre côté de l’Atlantique, le génie latin en plein épanouissement. C’est de la pointe de l’Europe latine que j’envoie à notre France du Midi cette pensée filiale, cet acte de foi en l’avenir, ce vœu de l’enrichissement de la France totale par une meilleure mise en œuvre des richesses du Midi latin.

Remarca : Los que ne vòlon revirar mai pòdon tradusir lo començament de l’article fins a « la plus féconde pour l’esprit » (Veire article complèt p. 5-6)

I. Adaptacion de la cançon Demain, Demain, C. SICRE/C.SICRE

L’année dernière, nous avions débattu sur un premier essai d’adaptation de Serge Carles qui ne le satisfaisait pas, sans arriver à un résultat beaucoup plus convaincant et consensuel.

Nous vous proposons de reprendre ce travail cette année en essayant de nous poser toutes les questions qu’il soulève :

— Quelle est la meilleure traduction-adaptation que l’on peut donner de cette chanson en tenant compte non seulement de son thème et de son écriture, mais aussi de sa possible diffusion et de la réalité de la situation de la chanson occitane ?

— Pour quel public ? Dans quelles conditions ? Sur quel support ? Elle visera à faire quoi et où ?

Nous rendrons compte ainsi que la question de l’adaptation pose la question entière de l’occitanisme, de la fonction de la langue, de nos objectifs.

Une des choses qui ne nous satisfait est l’adaptation du refrain :

— la disparition de l’opposition en occitan de demain / aujourd’hui dans le 8e vers, mais aussi la perte de sens et la perte de simplicité de l’image dans le 4e vers avec « s’avalís ».

— La perte de rime avec Tèrra promesa.

Bien sûr tout est à critiquer, tout est à commenter, tout est à réinventer à votre façon.

Claude Sicre

DEMAIN, DEMAIN C. SICRE/C.SICRE

D.R

1.

Lead

Demain sera un autre jour

Demain tu trouveras l’amour

Demain la chance tournera

Demain la vie vous sourira

Demain on nous dira demain

Demain sera toujours demain

1.

Lead

Doman, serà un autre jorn

Doman, trobaràs l’amor

Doman, la ròda virarà

Doman, la vida vos rirà

Doman, çò nos diràn doman

Doman, serà totjorn doman

Choeurs

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Quand c’est qu’arrivera demain ?

Oh qu’ils sont nombreux les demains !

Còrs

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Mas quora arribarà doman ?

Que n’i a un manat de domans !

[I a tantes e maites domans !]

[Ò, n’ i a milanta domans !]

Repic:

Lead

Demain c’est la Terre Promise

Demain c’est là le Paradis

Demain en demain s’éternise

Demain fuit qui le poursuit

Demain c’est la Terre Promise

Demain c’est là le Paradis

Demain en demain s’éternise

Demain décourage aujourd’hui

Repic:

Lead

Doman, es la Tèrra Promesa

Doman, serà lo Paradís

Doman, en doman s’eterniza

Doman en doman s’avalís

Doman, es la Tèrra Promesa

Doman, serà lo Paradís

Doman, en doman s’eterniza

Doman desespèra qui ne languís.

Chœur

Demain c’est la Terre Promise

Demain c’est là le Paradis

Demain en demain s’éternise

Demain fuit qui le poursuit

Demain c’est la Terre Promise

Demain c’est là le Paradis

Demain en demain s’éternise

Demain décourage aujourd’hui

Còr

Doman, es la Tèrra Promesa

Doman, serà lo Paradís

Doman, en doman s’eterniza

Doman en doman s’avalís

Doman, es la Tèrra Promesa

Doman, serà lo Paradís

Doman, en doman s’eterniza

Doman desespèra qui ne languís.

2.

Lead

Demain j’arrête c’est promis

Demain c’est sûr on vous l’a dit

Demain ceci, Demain cela

Demain Demain j’entends que ça

Demain nous disons tous Demain

Demain sera toujours Demain

Lead

Doman, arrèsti mon presic

Doman, segur, es pus polit

Doman aicí, doman alà

Doman, tot, tot, anarà plan

Doman, totes disèm Doman

Doman serà totjorn Doman

Choeurs

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Demain, Demain, Toujours Demain

Quand c’est qu’arrivera demain ?

Oh qu’ils sont nombreux les demains !

Còrs

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Doman, Doman, Totjorn Doman

Mas quora arribarà doman ?

Que n’i a un manat de domans !

[I a tantes e maites domans !]

[Ò, n’ i a milanta domans !]

Jean Jaurès, L’Éducation Populaire et les « patois »

« La Dépêche » – 15 août 1911

Il y a un an, dans le loisir d’esprit de nos vacances parlementaires, j’avais discuté la thèse de ceux qui croient pouvoir ressusciter en France une civilisation méridionale autonome et faire de la langue et de la littérature du Languedoc et de la France un grand instrument de culture. J’avais établi, je crois, qu’il y a là une grande part de chimère, que la langue et la littérature de la France étaient désormais et seraient de plus en plus pour tous les Français le moyen essentiel de civilisation, qu’au demeurant l’entreprise méridionale n’avait pas le caractère « populaire » et spontané qu’on affectait d’y voir ; qu’elle était pour une large part l’œuvre préméditée de bourgeois cultivés, pénétrés des lettres classiques, et qui avaient retrouvé et ranimé, par érudition autant que par inspiration des sources longtemps endormies ; j’ajouterai qu’au demeurant la création littéraire de ces hommes était souvent raffinée, plus large et virgilienne, mais de forte tradition païenne avec Fourès ; amoureuse, vivante, et passionnée mais de tour et de souvenir hellénique chez Aubanel ; et que seuls ceux qui connaissaient les grands chemins battus du Parnasse et de l’Olympe pouvaient goûter tout le charme de ces sentiers sinueux de la poésie méridionale qui courent en feston le long des grandes routes glorieuses.

Mais je disais aussi avec une force de conviction qui ne fait que s’accroître que ce mouvement du génie méridional pouvait être utilisé pour la culture du peuple du Midi. Pourquoi ne pas profiter de ce que la plupart des enfants de nos écoles connaissent et parlent encore ce que l’on appelle d’un nom grossier « le patois ». Ce ne serait pas négliger le français : ce serait le mieux apprendre, au contraire, que de le comparer familièrement dans son vocabulaire, sa syntaxe, dans ses moyens d’expression, avec le languedocien et le provençal. Ce serait, pour le peuple de la France du Midi, le sujet de l’étude linguistique la plus vivante, la plus familière, la plus féconde pour l’esprit.

Par là serait exercée cette faculté de comparaison et de raisonnement, cette habitude de saisir entre deux objets voisins, les ressemblances et les différences, qui est le fond même de l’intelligence. Par là aussi, le peuple de notre France méridionale connaît un sentiment plus direct, plus intime, plus profond de nos origines latines. Même sans apprendre le latin, ils seraient conduits, par la comparaison systématique du français et du languedocien ou du provençal, à entrevoir, à reconnaître le fonds commun de latinité d’où émanent le dialecte du Nord et le dialecte du Midi. Des siècles d’histoire s’éclaireraient en lui et, penché sur cet abîme, il entendrait le murmure lointain des sources profondes.

Et tout ce qui donne de la profondeur à la vie est un grand bien. Aussi, le sens du mystère qui est pour une grande part le sens de la poésie, s’éveille dans l’âme. Et elle reçoit une double et grandiose leçon de tradition et de révolution, puisqu’elle a, dans cette chose si prodigieuse et si familière à la fois qu’est le langage, la révélation que tout subsiste et que tout se transforme. Le parler de Rome a disparu, mais il demeure jusque dans le patois de nos paysans comme si leurs pauvres chaumières étaient bâties avec les pierres des palais romains.

Du même coup, ce qu’on appelle « le patois », est relevé et comme magnifié. Il serait facile aux éducateurs, aux maîtres de nos écoles de montrer comment, aux XIIe et XIIIe siècles, le dialecte du Midi était un noble langage de courtoisie, de poésie et d’art ; comment il a perdu le gouvernement des esprits par la primauté politique de la France du Nord, mais que de merveilleuses ressources subsistent en lui. Il est un des rameaux de cet arbre magnifique qui couvre de ses feuilles bruissantes l’Europe du soleil, l’Italie, l’Espagne, le Portugal. Quiconque connaîtrait bien notre languedocien et serait averti par quelques exemples de ses particularités phonétiques qui le distinguent de l’italien, de l’espagnol, du catalan, du portugais, serait en état d’apprendre très vite une de ces langues.

Et même si on ne les apprend pas, en effet, c’est un agrandissement d’horizon de sentir cette fraternité du langage avec les peuples latins. Elle est bien plus visible et sensible dans nos dialectes du Midi que dans la langue française, qui est une sœur aussi pour les autres langues latines, mais une sœur un peu déguisée, une sœur « qui a fait le voyage de Paris ». L’Italie, l’Espagne, le Portugal s’animent pour de plus hauts destins, pour de magnifiques conquêtes de civilisation et de liberté. Quelle joie et quelle force pour notre France du Midi si, par une connaissance plus rationnelle et plus réfléchie de sa propre langue et par quelques comparaisons très simples avec le français d’une part, avec l’espagnol et le portugais d’autre part, elle sentait jusque dans son organisme la solidarité profonde de sa vie avec toute la civilisation latine !

Dans les quelques jours que j’ai passés à Lisbonne, il m’a semblé plus d’une fois, à entendre dans les rues les vifs propos, les joyeux appels du peuple, à lire les enseignes des boutiques, que je me promenais dans Toulouse qui serait restée une capitale, qui n’aurait pas subi, dans sa langue une déchéance historique et qui aurait gardé, sur le fronton de ses édifices, comme à la devanture de ses plus modestes boutiques, aux plus glorieuses comme aux plus humbles enseignes, ses mots d’autrefois, populaires et royaux. De se sentir en communication avec la beauté classique par les œuvres de ses poètes, de se sentir en communication par sa substance même avec les plus nobles langues des peuples latins, le langage de la France méridionale recevra un renouveau de fierté et de vie. Notre languedocien et notre provençal ne sont guère plus que des baies désertées, où ne passe plus le grand commerce du monde ; mais elles ouvrent sur la grande mer des langages et des races latines, sur cette « seigneurie bleue » dont parle le grand poète du Portugal.

Il faut apprendre aux enfants la facilité des passages et leur montrer par delà la barre un peu ensablée, toute l’ouverture de l’horizon. J’aimerais bien que les instituteurs, dans leurs Congrès, mettent la question à l’étude.

C’est de Lisbonne que j’ai écrit ces lignes, au moment de partir pour un assez lointain voyage, où je retrouverai d’ailleurs, de l’autre côté de l’Atlantique, le génie latin en plein épanouissement. C’est de la pointe de l’Europe latine que j’envoie à notre France du Midi cette pensée filiale, cet acte de foi en l’avenir, ces vœux de l’enrichissement de la France totale par une meilleure mise en œuvre des richesses du Midi latin.

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply